image

QU’EST-CE QUE LE KNOOKING ? DU TRICOT AVEC UN CROCHET !

knooking_sperenza le blog
LES TENDANCES

User du crochet pour confectionner des ouvrages sur le modèle du tricot, c’est possible et cela s’appelle le knooking ! Entrez dans l’univers de cette technique qui va vous permettre d’élargir vos horizons de tricoteuse.

Le knooking : modèle d'exemple

Que veut dire knooking exactement ?

Le terme Knooking est la contraction de deux mots anglais, en l’occurrence d’un côté « Knitting » qui signifie « tricoter » dans la langue de Shakespeare et de l’autre côté « Hook » qui désigne un « crochet ». La définition de la technique du knooking s’éclaire donc de manière limpide : il s’agit de tricoter avec un crochet ! Plus concrètement, ce crochet dispose d’un espace libre, tel le chas d’une aiguille à coudre, qui permet de faire transiter un fil de laine ou encore un cordonnet. Celui-ci sert alors à maintenir les mailles à l’instar de l’aiguille à tricoter traditionnelle.

Le crochet, lisse et sans relief au milieu pour l’ergonomie des doigts, correspond à une première aiguille. C’est la ficelle au bout (une queue de rat ou bien simplement un brin de laine tordu) qui joue le rôle de la seconde aiguille. Les mailles du rang ou du tour qui précèdent reposent justement sur ce fil auxiliaire positionné sur le segment opposé au crochet. Le knooking s’opère soit en rangs en effectuant des allers-retours, soit en tours en mode rond fermé. Ainsi, une adepte de la broderie et du tissage via l’utilisation d’un crochet peut confectionner un ouvrage ayant l’aspect d’un tricot.

Bien choisir son aiguille à knooker

Terminée l’aiguille à double pointe, faites place à l’aiguille à knooker dont les modèles varient en fonction de la taille, de la matière ou encore de la marque (Knitpro, Prym, etc.). Pour les dimensions, il est recommandé de sélectionner une aiguille à knooker dont la taille est légèrement inférieure à celle notifiée sur la bande de votre pelote de laine à tricoter. En effet, le knooking a tendance à être plus large.

Du métal au plastique, votre choix dépend de vos attentes. Le bois possède de réels atouts comme le fait que ce matériau ne soit pas allergène. De plus il est léger, confortable et chaud au toucher, et ne se dégrade pas dans le temps. D’autant plus que les aiguilles en bois glissent moins. Elles ne font pas de bruit et disposent de pointes arrondies permettant au fil de laine de ne pas accrocher.

Enfin, il faut savoir faire la différence entre le crochet knooking et le crochet afghan et tunisien. Le crochet afghan et le crochet tunisien forment une seule et même technique de crochetage. Ils aboutissent à la conception d’une trame régulière épaisse, peu déformable et d’excellente tenue. Le crochetage diffère car les crocheteuses ne travaillent que sur l’endroit de l’ouvrage, en aller-retour. Le procédé consiste d’abord à récolter toutes les boucles sur le crochet. Ensuite, il suffit de construire une chainette de mailles à travers les boucles.

Quel fil de laine utiliser ?

Il faut privilégier un fil compact à enfiler dans le chas du crochet knooking. L’idée est d’utiliser une queue de rat, un fil nylon ou un fil polyester. L’épaisseur doit être identique à celle de la laine. Pour la longueur, l’astuce est d’en choisir un qui est 5 fois plus long que la largeur du modèle achevé de votre ouvrage. En revanche, un fil à crocheter trop fin ou trop lisse crée des irrégularités visibles. Ce défaut donne un résultat inesthétique dans la structure des mailles. D’ailleurs, il est important d’être lâche dans son tricot, en évitant de serrer les mailles. Cela permet d’enchaîner le rang suivant plus aisément.

Pour gommer les irrégularités, n’hésitez pas à étirer le tricot terminé avec minutie afin de replacer correctement la forme des mailles. Enfin, il peut s’avérer efficace de changer de fil de laine en fonction de la taille du crochet. En effet, plus le crochet est gros, plus le fil à crocheter doit être gros. C’est efficace pour gagner en régularité et réaliser avec bonheur des côtes, un point mousse, un point jersey et même des torsades !

Comment débuter son ouvrage en knooking ?

Evidemment, l’appréhension de nouveaux accessoires de tricot, le maniement de nouveaux outils et l’acquisition de nouvelles techniques réclament trois choses. Du temps, de l’entrainement et de l’exercice. Pour démarrer votre ouvrage en tricot, il suffit de monter les mailles en l’air. De même que pour la technique du crochet, l’aiguille à knooker dans la main de prédilection, la chainette dans l’autre. Alternative : pour knooker en rond, il faut fermer la chainette en rond par une maille coulée dans la première maille en l’air.

Comment faire une maille en rangs sur l’endroit lors de votre atelier couture ? Il vous suffit de piquer l’aiguille au-dessus du fil auxiliaire en allant de droite vers la gauche à travers la maille. Ensuite, saisissez le fil par le bas avant de le passer dans la maille. A l’envers, mettez le fil de laine face à l’ouvrage et piquez de droite à gauche à travers la maille au-dessus du fil auxiliaire. Il faut ensuite poser le fil de l’arrière vers l’avant, autour de l’aiguille avant de le faire transiter dans la maille. Sachez que le knooking permet de créer des snoods, des écharpes, des bonnets, des layettes pour bébé, des sacs ou encore des maniques décoratives.

Les sources pour apprendre le knooking

Demandez conseil

Quelques tutoriels en vidéo (en anglais)

Quelques ouvrages de référence en français

 

Retrouvez ici nos autres articles tendances.

You might also like